Autres temps, autres mœurs

Jean-Charles TAILLANDIER, gravure/dessin d’après gravure de Pieter de Jode
Exemplaire unique sur Fabriano Pergamon (Suite Autre temps, autre mœurs) – (21 x 29,7 cm)(2019).

Je reviens une fois encore au regard porté à certaines œuvres d’art du passé. Elles offrent souvent un excitant complémentaire à notre plaisir intime de la contemplation : leur énigme et leur vaine tentative à faire sens encore, parce que la finalité même de leur réalisation voulue par l’artiste lui-même ou un collectionneur n’est plus, ou s’est perdue dans la poussière des temps. C’est une expérience qui m’est familière comme amateur d’art. Tel portrait d’histoire gravé se révèle à nous au hasard d’une exposition ou d’une trouvaille bibliophilique et c’est la porte entrouverte sur un autre monde.
Le remarquable, le beau, ne sont plus dans le portraituré. Admiré ou craint de son vivant, le personnage a perdu sa superbe et son prestige et nous en ignorons aujourd’hui jusqu’à son nom. Il n’est plus qu’effigie dans son accoutrement de cérémonie de fine dentelle ou rutilante armure, avec épitaphe gravée à ses pieds dans le marbre, entre deux colonnes, ajoutant à la prestance rigide de la pose la grandiloquence de la lettre. Mais le beau persiste toujours dans le trait du graveur qui œuvrait dans l’ombre portée d’un puissant ou d’un commanditaire demeuré anonyme. C’est du moins ce qui me vient à l’esprit quand je parcours du regard les feuillets gravés d’un recueil de portraits exécutés du côté d’Anvers au dix-septième siècle.
Il est temps que je m’en explique… La bibliothèque multimédia intercommunale d’Epinal-Golbey (bmi)(*) m’a aimablement confié les reproduction numériques d’un recueil de feuilles gravées par Pieter de Jode (eau-forte et burin). Elles suscitent actuellement mon intérêt pour un nouveau travail graphique (plusieurs gravures dudit recueil m’avaient par ailleurs inspiré en 2013 une série de dessins à l’encre dans un registre différent – Voir article Portraits en Renaissance). Ces œuvres ont toutes été exécutées d’après des peintures de maîtres italiens (Titien, Jules Romain, Bassano) ou flamands (Van Dyck, Rubens).

ci-dessus et ci-dessous: Jean-Charles TAILLANDIER, gravure/dessin d’après gravure de Pieter de Jode
(21 x 29,7 cm)(2019) – La gravure de référence de Pieter de Jode est en vis-à-vis  (CLIQUER sur l’image).

À l’énigme des portraits de ces princes, princesses, chefs d’armée, empereurs, ecclésiastiques, etc… s’ajoute l’obscure connivence de hasards ou circonstances qui ont fait que ces 120 planches gravées disparates, puis cousues en a volume unique par une main inconnue, aient pu traverser sans dommage trois siècles d’histoire lorraine tumultueuse avant de trouver destination sur une étagère de la salle des boiserie de la bmi. Il est possible que ce document rare fit partie de l’inventaire de la Principauté de Salm rattachée à la France en 1793 et incorporée dans le département des Vosges, qu’il ait pu appartenir alors au patrimoine de l’abbaye de la ville de Senones, alors capitale de la principauté, dont les biens furent dispersés à la Révolution française… Les gravures ont été exécutées par Pieter de Jode, patronyme qui regroupe en fait deux artistes flamands : Pieter de Jode l’Ancien (1570-1634) et Pieter de Jode le Jeune (1606-1674), fils du précédent, graveur lui aussi et marchand d’art. Ce fils est-il l’instigateur du recueil ? L’histoire de l’art nous apprend que l’un et l’autre faisaient partie des artistes engagés par le peintre Van Dyck pour mener à bien sa propre collection iconographique, et qu’à sa mort, Pieter de Jode le Jeune continuera à compléter ladite collection sous sa propre autorité pour des éditeurs flamands. (**)

Voilà donc pour l’histoire de ces images et le mystère dont elles se parent. Les contempler sans les voir, c’est se heurter au mur de leur anachronisme, n’en retenir que l’enveloppe corporelle sans parvenir à en puiser le tréfonds politique, religieux, voire esthétique. Sans parler de la symbolique du décor(um) et des inscriptions hiéroglyphiques des cartouches, incompréhensibles à qui n’est pas historien et latiniste. Toutes ces gravures glorifient l’autorité, le rang dynastique, la puissance temporelle ou spirituelle. L’art de la gravure apportait dans la société sa démocratisation de l’image, pour qui ne pouvait s’offrir les contributions d’un peintre, et sous un vernis de codifications et de bienséance propres à leur temps, les deux graveurs flamands n’en traduisaient pas moins dans leurs planches la brutalité, la fatuité ou l’orgueil  inhérents à leurs modèles.
J’ai pris plaisir à imaginer ce que pourrait être la représentation de tel ou telle de leurs modèles s’ils étaient  projetés avec leurs attributs dans notre temps présent sous un coup de baguette magique . Ce n’est pas un exercice de style à prendre trop au sérieux (l’actualité des journaux télévisés regorge déjà de ces personnages importants qui se prennent très -trop- au sérieux).  Un soupçon de légèreté donc, et aussi de dérision sont de mise… La boîte à outil est sommaire puisque le trait du graveur est intemporel, aidé au besoin par quelque maquillage d’image. C’est un exercice de montage de temps hétéroclites au cœur de l’image que j’illustre dans cet article par plusieurs exemples choisis parmi un ensemble plus vaste auquel je travaille actuellement.

 (*) Je remercie le personnel de la bmi pour leur aimable mise à disposition des images numérisées.
(**) source Wikipédia).  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s